Qui sera le prochain maire de Londres ?

Par Théo Renault.

hebergement d'image

Depuis ce matin, mercredi 5 mai 2016, les Londoniens votent pour leur candidat favori pour prendre la place de Boris Johnson, actuel maire de de Londres. L’enjeu est grand pour la ville de 8 millions d’habitants, et l’issu de l’élection reste encore incertain.

Les Londoniens sont attendus toute la journée aux « polling stations » ou bureaux de vote en français, pour décider de celui qui s’occupera de la capitale britannique pour les 4 prochaines années, avec le budget plutôt conséquent de 17 milliards de livres sterling, et qui représente de nombreuses responsabilités comme le logement, les transports, la culture et l’environnement, etc.

Le déroulement des élections.

Tous les habitants de Londres, anglais, irlandais, habitants du Commonwealth ou de l’Union Européenne et âgés de plus de 18 ans peuvent se rendre aux « polling stations » pour voter. Condition déplorable pour tous ceux - qui représentent une partie importante de la population londonienne - qui ne possèdent pas la « bonne » nationalité, alors que ce choix les concerne tout autant qu’un anglais ou un français de la même ville.

Les Londoniens - qui peuvent voter - choisissent alors deux candidats, dans l’ordre de leur préférence. Si aucun candidat ne reçoit plus de 50% des votes comme premier choix, alors les deux candidats qui ont reçu le plus de votes participent à un second tour, mais personne ne vote une seconde fois. Ceux qui ont voté pour des candidats qui ont été éliminés, autres que les deux participants au deuxième tour donc, voient leur second choix comptabilisé et ajouté aux votes du premier tour. À l’issu de ces calculs, le candidat qui a le plus de votes devient le nouveau maire.

Les candidats

Même si le résultat est loin d’être joué à l’avance, deux candidats sortent du lot, et c’est entre eux que se joue le combat. Caricaturés comme « le gosse de riche contre le fils de chauffeur de bus pakistanais » par le journal français l’Obs, Zac Goldsmith et Sadiq Khan sont les favoris des sondages.

Zac Goldsmith

Comme l’indique le titre de l’article du journal français, Zac Goldsmith est fils de milliardaire. Le candidat représente le parti conservateur britannique. Le candidat base sa campagne, entre autres, sur le logement, l’insécurité - comme quoi ça marche partout - et les transports.

Sadiq Khan

En face, on retrouve Sadiq Khan. Fils de chauffeur de bus, il représente le « Labour party », parti majoritaire de gauche. Les grandes lignes de sa campagne ne sont pas bien différentes de son principal adversaire. Celui-ci mise également sur le logement, les transports, la pollution… et même l’insécurité. Mais toute se campagne semble réellement tourner sur le logement. Problème majeur de la capitale, les prix des loyers et d’achat ont connu une augmentation sans précédent et ne cesse de grimper, empêchant des milliers - voire des millions - de Londoniens d’habiter dans des conditions convenables et surtout, dans le coeur de la ville. Les solutions de Sadiq ? Construire des logements sociaux et aider les plus démunies à payer leurs loyers, et surtout, empêcher les investisseurs étranger d’acheter des logements, favorisant la folle hausse des prix.

Et les autres ?

Même si le futur maire sera sûrement Zac ou Sadiq, ils ne sont évidemment pas les seuls candidats aux élections. On retrouve par exemple Siân Berry, candidate du « Green Party », parti de gauche basé sur l’environnement. Les « Liberal Democrats » sont représentés par Caroline Pidgeon. À la tête du Front National local, « UKIP », c’est Peter Whittle qui se présente. Mais ce n’est pas tout ! Le « Love party » est également dans la course électorale, ainsi que Lee Harris, ancien vétéran qui base sa campagne sur la légalisation du cannabis.

Pas facile de choisir entre tous ces candidats ! Alors rendez-vous ce vendredi 5 mai pour le résultat !

Théo Renault