Toujours du mouvement pour «Nuit debout»

Par Théo Renault.

Le mouvement « Nuit debout » continue de faire parler de lui. Depuis le 31 mars, des milliers de personnes se rassemblent tous les soirs dans différentes villes françaises, et principalement à Paris, Place de la République.

Place de la République, entre tensions et création

File:Nuit debout - Paris - Orchestre Debout 16.JPG

Par Anne-Laure WMFr (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

À Paris, la situation était quelque peu tendue dans la nuit du 22 avril, où une centaine de personnes se sont opposées aux forces de l’ordre sur la place de la République, en marge du mouvement, d'après une source policière de l’AFP.

Un communiqué de la préfecture de police annonçait douze interpellations et gardes à vue, notamment pour «participation à un attroupement et jets de projectiles». «Celles-ci feront l’objet de poursuites judiciaires appropriées», ajoute la préfecture.

La veille, 350 musiciens amateurs ont interprété la Symphonie no 9 de Dvorak, dite Symphonie du Nouveau Monde, devant une foule de plusieurs milliers de Parisiens. C’est grâce au réseau Facebook que se projet a pu voir le jour.

Le soutien québécois

Cette soirée du 22 avril marquait aussi le premier rassemblement à Montréal, où environ 200 personnes se sont retrouvées devant le Consulat français. Même si ce départ ne rassemble pas autant qu’à Paris, le mouvement s’exporte à l’international !

Deux députés québécois, Manon Massé et Amir Khadir, membres de la formation de gauche Québec solidaire, étaient présents. Comme en France, le rassemblement était un lieu de débat permettant à toutes les personnes présentes de s'exprimer.

Théo Renault