The Rolling Stone à Cuba

Par Léo Aimone

Quelques jours seulement après la visite historique sur l’île du président américain, Barack Obama, le groupe britannique est venu terminer en beauté sa tournée « America Latina Olé » avec ce qui s’annonce comme le plus grand concert jamais vu à Cuba. Il s'est déroulé à 20 h 30, heure locale (1 h 30, heure française), sur une scène de 80 mètres de long, retransmis sur dix écrans géants à la Ciudad Deportiva (la cité sportive) à quelques kilomètres de l’ultracentre. Plus de 500 000 spectateurs s'y sont rendus, dans ce pays qui compte 11 millions d’habitants.

Alors que la publicité est interdite a Cuba, il n'y a pas eu besoin de promotion pour que le public soit au rendez-vous, d'autant que l'évenement était gratuit et ouvert a tous.

Le groupe s’était formé en 1962, soit un an après la révolution cubaine, et l’année même de la rupture des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba. Bien que le rock n’ait jamais explicitement été interdit, cette musique, considérée comme « impérialiste », a d’abord été bannie par le régime de Fidel Castro, avant d’être progressivement tolérée dans les années 1980 pour s’imposer jusque dans les médias d’Etat aujourd’hui.